Elsa Granat

artistes associé•e•sAutrice, comédienne & metteuse en scène

Artiste associée au théâtre des Îlets depuis janvier 2020, Elsa Granat se forme au conservatoire à Marseille et elle fait la rencontre déterminante d’Edward Bond à l’occasion d’un stage à la Friche de la Belle de Mai. À Paris, elle complète sa formation auprès de Jean-Pierre Garnier au sein de la Classe Libre du Cours Florent.

En tant qu’actrice, elle a joué sous la direction de C. Benedetti (L’Amérique, suite de B. Sbrljanovic, Trois Sœurs & Oncle Vania de A. Tchekhov), S. Catanese (Caligula), S. Shao (Feydeau etc. Théâtre national de Pékin, Lyceum Shanghai), B. Porée, (Andromaque ; Platonov, Odéon Théâtre de l’Europe, Trilogie du Revoir de Botho Strauss, Festival IN), Alain Ubaldi La chambre de Médée et Riviera et dernièrement Joséphine Serre (DATA MOSSOUL, Théâtre de la Colline).
De formation littéraire (Hypokâgne et Khâgne), elle  poursuit ses études comme une occasion de réfléchir à sa pratique. Elle obtient un MASTER de Lettres Modernes sur La théâtralité des Misérables de Victor Hugo puis un MASTER 2 d’Arts du spectacle sous la direction Jean-Pierre Ryngaert, sur  Les motivations officielles et officieuses de la pratique théâtrale en milieu scolaire, amateur et professionnel. Elle a été l’assistante à la mise-en-scène de Jérôme Hankins sur le théâtre Jeune-Public de Bond (CDN de ROUEN, Amiens) et de C. Benedetti sur Lampedusa Beach  de L.Prosa et Existence de E.Bond lors de la création de ces pièces à la Comédie Française.

Elle travaille en dramaturgie sur plusieurs univers. Ainsi elle écrit Dans les veines ralenties, pour Aurélie Van den daele au Théâtre de l’Aquarium à partir du film Cris et chuchotements de Bergman. Elle travaille à l’adaptation théâtrale d’un autre film pour Lola Naymark et de là naîtra Et pourtant elle m’aime. Elle crée plusieurs seuls en scènes à partir du désir d’un acteur de se découvrir. Elle fait émerger, avec Roxane Kasperski Mon amour fou (2015), avec Christophe Carotenuto Quelque chose en nous de DE VINCI (2016), avec Lola Naymark sur un texte de Guillaume Barbot, La Nuit je suis Robert De Niro (2017). Chacune de ces collaborations explore le champ de l’identité et tente de cerner ce qui rend chaque être humain irremplaçable. Avec Tire l’aiguille, Spectacle Musical créé en Mai 2018 au Théâtre d’Ivry Antoine Vitez, elle continue la même exploration avec des musiciens descendants de la Shoah.
Au sein de la compagnie TOUT UN CIEL elle développe depuis 2015 son geste artistique d’autrice, actrice et metteure en scène : un théâtre très incarné, intensément vivant, une dramaturgie éclatée, bondissante et un rapport au politique construit à partir de l’expérience intime. À partir d’expériences vécues, s’élaborent des fictions qui éclairent certains zones d’ombres du rapport de notre société, à la mort, la maladie, la différence et la vulnérabilité. Elle collabore avec Roxane Kasperski sur Mon Amour Fou. Des thèmes entrent en résonance: l’écriture à partir du réel et la capacité de résilience. Créé à la Loge en 2015, le seul-en-scène tourne jusqu’en 2018. ( Scène nationale de Chalon-sur-Saône, Festival Art et déchirure, Théâtre de la  Cité Internationale, Théâtrales Charles Dullin.) Après deux Festivals d’Avignon chez Artéphile, en 2015 et 2016, le spectacle compte 110 représentations. Le texte est nouvellement traduit en allemand pour une création au Théâtre National de Meiningen (Allemagne) en novembre 2019.

En 2017 elle crée le Massacre du Printemps au Théâtre Studio, pièce pour 6 acteurs imaginée à partir de la perte successive de ses deux parents. Repris au Festival d’Avignon au Théâtre du Train Bleu en 2019, il sera au Théâtre Paris Villette du 11 mars au 03 avril 2021. Ce spectacle traite avec fougue de la relation soignant-patient-aidants, conçu comme une manière de se relever c’est un appel intense à la transformation de nos façons de faire et de vivre. C’est l’occasion pour elle de mettre en pratique un désir présent depuis longtemps, établir un cercle vertueux qui démarre par l’écriture à partir de faits réel, en passant par la fiction de la représentation, pour retourner dans la réalité avec des actions concrètes. Ainsi un projet pilote en Essone, de sensibilisation et de repérage des Jeunes aidants a été financé par des partenaires privés, Klézia, B2V, AG2R. Elle est en train d’organiser avec son équipe un colloque autour du spectacle réunissant des aidants, jeunes aidants, des pairs-aidants, sur les notions de soin et d’attention nécessaires pour ré-enchanter l’institution.

En 2020, elle travaille avec Roxane Kasperski sur  V.I.T.R.I.O.L, créé en mars au Théâtre de la Tempête. Arrêté en Pleine crise du COVID-19, le spectacle sera repris au Théâtre Sorano à Toulouse, les 16 et 17 novembre. Ce spectacle invoque les visions alternatives de la psychiatrie développées dans les années soixante dix. Elle est lauréate du prix Beaumarchais de l’écriture de la mise-en-scène.
Elle travaille actuellement à l’écriture de King Lear Syndrome où les mal-élevés, un plongée dans l’univers des maisons de retraite, avec pour guide, le théâtre moribond, en personne.

En création

Crédits images : Franck Guillemain